Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oui, dit-il en la regardant de tous ses yeux.

— Moi aussi, et presque toujours je vais par là-bas, dit-elle. Mais, dites-moi, Jack, vous n’êtes guère empressé à recevoir votre ami. Si vous ne lui faites pas les honneurs de la maison, il faudra que je m’en charge à votre place pour en sauver la réputation.

Au bout de quelques minutes, nous étions avec les vieux, et Jim s’attablait devant son assiette de potage.

Il disait à peine un mot et restait toujours la cuillère en l’air à contempler Edie.

Elle ne fit que lui lancer de petites œillades.

Il me sembla qu’elle se divertissait de le voir aussi timide et qu’elle faisait de son mieux pour l’encourager par ses propos.

— Jack me disait que vous faisiez vos études pour devenir docteur, dit-elle, mais comme cela doit être difficile, et qu’il doit falloir de temps pour acquérir les connaissances nécessaires !

— Cela me prend en effet beaucoup de temps, dit piteusement Jim, mais j’en viendrai à bout tout de même.