Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Edie ne répondit rien, mais elle fut longtemps avant de tourner la tête, et quand elle me repoussa en arrière, elle n’y mit pas beaucoup d’effort.

— Oh ! vous êtes bien rude, vieux petit effronté, dit-elle en tenant sa chevelure de ses deux mains. Comme vous m’avez secouée, Jack, je ne me figurais pas que vous seriez aussi hardi.

Mais j’avais tout à fait cessé de la craindre, et un amour, dix fois plus ardent que jamais, bouillait dans mes veines.

Je la ressaisis et l’embrassai comme si j’en avais eu le droit.

— Vous êtes à moi, bien à moi, m’écriai-je. Je n’irai pas à Berwick, je resterai ici et nous nous marierons.

Mais à ce mot de mariage, elle éclata de rire.

— Petit nigaud ! petit nigaud ! dit-elle en levant l’index.

Puis, comme j’essayais de mettre de nouveau la main sur elle, Edie me fit une jolie petite révérence et rentra à la maison.