Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.


jeune fille qui pût rivaliser en cela avec elle.

C’était son entrain, ses façons drôlement moqueuses, sa manière toute nouvelle pour nous de causer, le geste fier avec lequel elle rejetait sa robe ou portait la tête en arrière.

Nous nous sentions aussi bas que la terre sous ses pieds.

C’était enfin ce vif regard de défi, et cette bonne parole qui ramenait chacun de nous à son niveau.

Mais non, pas tout à fait à son niveau.

Pour moi, elle fut toujours une créature lointaine et supérieure.

J’avais beau me monter la tête et me faire des reproches.

Quoi que je fisse, je n’arrivais pas à reconnaître que le même sang coulait dans nos veines et qu’elle n’était qu’une jeune campagnarde, comme je n’étais qu’un jeune campagnard.

Plus je l’aimais, plus elle m’inspirait de crainte, et elle s’aperçut de ma crainte longtemps avant de savoir que je l’aimais.

Quand j’étais loin d’elle, j’éprouvais de l’agitation, et pourtant lorsque je me trouvais