Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/42

Cette page a été validée par deux contributeurs.


réserve, je ne sus faire autre chose que d’égaliser le rembourrage du sac.

Elle suivait des yeux la diligence qui reprenait à grand bruit la direction de Berwick.

Tout à coup elle se mit à faire voltiger en l’air son mouchoir.

— Il a ôté son chapeau, dit-elle, je crois qu’il a dû être officier. Il avait l’air très distingué. Peut-être l’avez-vous remarqué — un gentleman sur l’impériale, très beau, avec un pardessus brun.

Je secouai la tête, et toute la joie qui m’avait envahi fit place à une sotte mauvaise humeur.

— Ah ! mais je ne le reverrai jamais. Voici toutes les collines vertes, et la route brune et tortueuse ; elles sont bien restées les mêmes qu’autrefois. Vous aussi, Jack, je trouve que vous n’avez pas beaucoup changé. J’espère que vos manières sont meilleures que jadis ; vous ne chercherez pas à me mettre des grenouilles dans le cou, n’est-ce pas ?

Rien qu’à cette idée, je sentis un frisson dans tout le corps.