Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/261

Cette page a été validée par deux contributeurs.


été bien bon de faire cette commission. J’ai appris l’événement il y a environ huit jours. J’en ai été folle quelque temps, — tout à fait folle. — Je porterai le deuil toute ma vie, quoique cela fasse de moi un véritable épouvantail, comme vous le voyez. Ah ! je ne m’en remettrai jamais. Je prendrai le voile et je mourrai au couvent.

— Pardon, Madame, dit une domestique en avançant la tête, le comte de Beton désire vous voir.

— Mon cher Jock, dit Edie en se levant brusquement, voilà qui est très important. Je suis bien fâchée d’abréger notre entretien, mais vous reviendrez me voir, j’en sais sûre, n’est-ce pas ? Je suis si désolée ? Ah ! est-ce qu’il vous serait égal de sortir par la porte de service et non par la grande porte ? Je vous remercie, mon cher vieux Jock, vous avez toujours été si bon garçon, et vous faisiez exactement ce qu’on vous disait de faire.

C’était la dernière fois que je devais voir la cousine Edie.

Elle se montrait à la lumière du soleil avec