Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/254

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Un de nos sergents le recoucha doucement. L’autre étendit sur lui le grand manteau bleu. Nous laissâmes ainsi là ces deux hommes, que le Destin avait si étrangement mis en rapport.

L’Écossais et le Français gisaient silencieux, paisibles, si rapprochés que la main de l’un eût pu toucher celle de l’autre, sur cette pente imbibée de sang, dans le voisinage de Hougoumont.