Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/234

Cette page a été validée par deux contributeurs.


farouche, le plus saccadé, le plus entraînant des bruits.

— C’est le pas de charge, cria un officier. Cette fois ils veulent en finir.

Et, comme il parlait encore, nous vîmes une chose étrange.

Un Français, portant l’uniforme d’officier de hussards, s’avança au galop vers nous sur un petit cheval bai.

Il criait à tue-tête : Vive le Roi ! Vive le Roi ! Autant dire que c’était un déserteur, puisque nous étions du côté du Roi, et qu’eux soutenaient l’Empereur.

En passant près de nous, il nous cria en anglais :

— La Garde arrive ! la Garde arrive !

Puis il disparut vers l’arrière, comme une feuille emportée par l’orage.

Au même moment, un aide de camp accourut, avec la figure la plus rouge que j’aie jamais vu sur le corps d’un homme.

— Il faut que vous les arrêtiez, ou bien nous sommes battus, cria-t-il au général Adams, si fort, que toute notre compagnie put l’entendre.