Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/221

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mort la face en avant, pendant que le lancier, criblé de balles, s’abattait près de lui, sans lâcher son arme, de sorte qu’ils gisaient ensemble, joints par ce terrible trait d’union.

Mais quand la batterie eut ouvert son feu, nous n’eûmes guère le temps de songer à autre chose.

Un carré est un excellent moyen de recevoir la cavalerie, mais il n’en est point de pire quand il s’agit de recevoir des boulets ; comme nous nous en aperçûmes, quand ils commencèrent à tailler des coupures rouges à travers nos rangs, au point que nos oreilles étaient lasses d’entendre le bruit sourd d’éclaboussement, que faisait la masse de fer en heurtant de la chair et du sang.

Au bout de dix minutes de cette manœuvre, notre carré se déplaça d’une centaine de pas vers la droite, mais nous laissions derrière nous un autre carré, car cent vingt hommes et sept officiers marquaient la place que nous avions occupée.

Mais les canons nous retrouvèrent.

On essaya de la formation en ligne, mais aussitôt la cavalerie — c’étaient cette fois des