Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/216

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Dieu, tenez ferme ! cria derrière nous la voix de notre colonel, mais nous n’avions devant nous que la pente douce et verte de la colline, toute piquetée de marguerites et de pissenlits.

Puis tout à coup par-dessus la cime nous vîmes surgir huit cents casques de cuivre, cela subitement.

Chacun de ces casques faisait flotter une longue crinière, et sous ses casques apparurent huit cents figures farouches, hâlées, qui s’avançaient, se penchaient jusque sur les oreilles d’un même nombre de chevaux.

Pendant un instant, on vit briller des cuirasses, brandir des sabres, des crinières s’agiter, des naseaux rouges s’ouvrir, se fermer avec fureur. Des sabots battirent l’air devant nous.

Alors la ligne des fusils s’abaissa. Nos balles se heurtèrent contre leurs cuirasses avec le crépitement de la grêle contre une fenêtre.

Je fis feu comme les autres et me hâtai de recharger, en regardant devant moi, à travers la fumée, où je vis un objet long et mince