Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/190

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Ah ! Ah ! Vous aurez l’air encore plus malades, quand vous aurez un paquet de mitraille dans les tripes ! dit-il.

À ce moment, voyant rire plusieurs vieux soldats, je commençai à comprendre que cet homme essayait de nous faire peur.

Je me mis aussi à rire, et les autres en firent autant, mais on ne riait pas de très bon cœur.

Le soleil était presque au-dessus de nos têtes quand on fit halte, dans une petite localité nommée Hal.

Il y a là une vieille pompe que je fis marcher pour remplir mon shako. Jamais une cruche d’ale d’Écosse ne me parut aussi bonne que cette eau-là.

Des canons passèrent encore devant nous, puis les Hussards de Vivian : il y en avait trois régiments, fort coquets sur leurs beaux chevaux bai brun.

C’était un régal pour l’œil.

Les canons faisaient plus de bruit que jamais, et cela faisait vibrer mes nerfs, tout comme jadis, lorsque Edie à côté de moi, quelques années auparavant, j’avais assisté