Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/189

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Un grondement sourd monta des fosses.

Les artilleurs y répondirent par des cris, et nous vîmes rouler devant nous un nuage gris, et quantité de bonnets à poils firent par moments tache dans l’obscurité.

Puis les compagnies se refermèrent, pendant que le grondement qui s’entendait en avant de nous devenait plus fort et plus grave que jamais.

— Il y a là trois batteries, dit le sergent. Ce sont des Bull et des Webber Smith. Ces derniers sont neufs. Il y en a davantage en avant de nous, car je vois ici la trace laissée par un canon de neuf, et tous les autres sont de douze. Si vous tenez à être atteint, donnez la préférence à un canon de douze, car un de neuf vous écrabouille, tandis que celui de douze vous coupe en deux comme une carotte.

Et il continua, en me donnant des détails sur les horribles blessures qu’il avait vues, ce qui glaçait mon sang dans mes veines.

Vous auriez frotté toutes nos figures avec du blanc d’Espagne, que vous ne les auriez pas rendues plus blanches.