Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/187

Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’anciens soldats, et il y en avait un qui marchait à côté de moi, hallebarde en main, et qui était intarissable en conseils et renseignements.

— C’est la grosse cavalerie, dit-il. Vous voyez ce double reflet. Cela signifie qu’ils ont le casque aussi bien que la cuirasse. Ce sont les Royaux ou les Enniskillens, ou la Maison du Roi. Vous pouvez entendre leurs cymbales et leurs timbales. La grosse cavalerie française est trop forte pour nous. Ils sont dans la proportion de dix contre un, et de bons soldats aussi. Il faut viser à leur figure ou à leur cheval. Rappelez-vous cela, quand ils arriveront sur nous. Sans quoi, vous recevrez quatre pieds de lame à travers le foie pour vous apprendre à vivre. Écoutez, écoutez, écoutez ! Voici la vieille musique qui reprend !

Il parlait encore que se fit entendre le grondement sourd d’une canonnade quelque part au loin, à l’est de nous.

C’était grave et rauque.

On eût dit un rugissement de quelque bête féroce, toute barbouillée de sang, qui ne