Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/180

Cette page a été validée par deux contributeurs.


c’était de songer que nous avions pour commandant en chef le Duc, dont le nom était comme une sonnerie de clairon.

Il était à Bruxelles avec le gros de l’armée, mais nous savions que nous le verrions bientôt s’il en était besoin.

Je n’avais jamais vu autant d’Anglais réunis, et je dois dire que j’éprouvais quelque dédain à leur égard, comme cela se voit toujours chez les gens qui habitent aux environs d’une frontière. Mais les deux régiments qui étaient avec nous étaient dans d’aussi bons rapports de camaraderie qu’on pouvait le souhaiter.

Le 52e avait un effectif d’un millier d’hommes, et comptait beaucoup de vieux soldats de la Péninsule.

Le 95e régiment se composait de carabiniers, et ils avaient un habit vert au lieu du rouge.

C’était chose étrange que de les voir charger, car ils entouraient la balle d’un chiffon graissé, et la faisaient entrer avec un maillet, mais aussi ils tiraient plus loin et plus juste que nous.

Toute cette partie de la Belgique était alors