Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/177

Cette page a été validée par deux contributeurs.


nous de vieux, de bons soldats. Vous deux, si vous avez besoin de quelque aide, venez me trouvez.

Il nous fit un signe de tête et nous quitta.

Nous commençâmes à comprendre qu’un major, qui est votre officier, est un personnage fort différent d’un major qui se trouve être votre voisin de campagne.

Soit, mais à quoi bon vous ennuyer de toutes ces choses ?

J’userais une quantité de bonnes plumes d’oie rien qu’à vous raconter ce que nous fîmes, Jim et moi, au dépôt de Glasgow, comment nous arrivâmes à connaître nos officiers et nos camarades, et comment ils firent notre connaissance.

Bientôt arriva la nouvelle que les gens de Vienne, occupés jusqu’alors à découper l’Europe en tranches comme s’il s’agissait d’un gigot de mouton, étaient rentrés à tire d’aile dans leurs pays respectifs, que tout ce qui s’y trouvait, hommes et chevaux, était en marche vers la France.

Nous entendîmes parler aussi de grands ras-