Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/168

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Quand est-ce arrivé ?

— Ce matin.

— Ils étaient mariés ?

— Oui.

Il posa la main sur un des montants de la porte pour se raffermir.

— Un message pour moi ?

— Elle a dit que vous lui pardonneriez.

— Que Dieu damne mon âme si jamais je le fais. Où sont-ils allés ?

— Ils ont dû aller en France, à ce que je crois.

— Il se nommait de Lapp, ce me semble ?

— Son vrai nom c’est de Lissac, et il n’est rien moins que colonel dans la garde de Boney.

— Alors, selon toute probabilité, il est à Paris. C’est bien ! c’est bien !

— Tenez bon, criai-je. Père, père, apportez le brandy.

Ses genoux avaient ployé un instant, mais il redevint lui-même avant que le vieillard fût accouru avec la bouteille.

— Remportez-là, dit Jim.

— Prenez une gorgée, monsieur Horscroft,