Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/158

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ma bonne vieille mère est défunte depuis bien des années, mais cette superbe broche scintille encore au cou de ma fille aînée quand elle va dans le monde, et je n’y jette jamais un regard sans revoir ces yeux perçants et ce nez long et mince, et ces moustaches de chat qu’avait notre locataire de West Inch.

Pour mon père, il avait une belle montre en or à double boîtier, et il fallait voir de quel air fier il la tenait sur le creux de sa main, en se penchant pour en percevoir le tic-tac.

Je ne sais lequel des deux vieillards fut le plus charmé, et ils ne voulaient parler que des présents que leur avait faits de Lapp.

— Il vous a donné autre chose encore, dis-je enfin.

— Quoi donc, Jock ? demanda père.

— Un mari pour la cousine Edie, répondis-je.

Lorsque j’eus dit cela, ils crurent que je rêvais, mais lorsqu’ils eurent enfin compris que c’était bien la vérité, ils se montrèrent aussi fiers et aussi contents que si je leur