Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/155

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Voltigeurs ! cria-t-il, Voltigeurs de la garde !

C’est ainsi qu’il avait fait le jour où il avait eu le délire.

Puis soudain :

En avant ! En avant !

Et il arriva en faisant tournoyer sa canne au-dessus de sa tête.

Il s’arrêta court lorsqu’il vit que j’étais là, le regardant, et je puis dire qu’il fut un peu décontenancé.

— Holà ! Jock, s’écria-t-il, je ne pensais pas qu’il y eût quelqu’un ici. Ce soir je suis dans cet état d’esprit que vous appelez de l’entrain.

— On le dirait, répondis-je avec ma brusquerie ordinaire, vous ne vous sentirez pas si gai demain quand mon ami Jim Horscroft reviendra ici.

— Ah ! il revient demain, alors ? Et pourquoi me sentirai-je moins gai ?

— Parce que, si je connais bien mon homme, il vous tuera.

— Ta ! Ta ! Ta ! s’écria de Lapp. Je vois que vous êtes au courant de notre mariage.