Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je venais de dire que j’avais juste vingt ans et Jim qu’il en avait vingt-sept.

— Alors je suis le plus âgé de nous trois, dit de Lapp.

Nous partîmes d’un éclat de rire, car, à notre compte, il aurait parfaitement pu être notre père.

— Mais pas de beaucoup, dit-il en relevant le sourcil, j’ai eu vingt-neuf ans en décembre.

Cette assertion, plus encore que ses propos, nous fit comprendre quelle existence extraordinaire avait été la sienne.

Il vit notre étonnement et s’en amusa.

— J’ai vécu ! j’ai vécu ! s’écria-t-il. J’ai employé mes jours et mes nuits ; je n’avais que quatorze ans, que je commandais une compagnie dans une bataille où cinq nations prenaient part. J’ai fait pâlir un roi aux mots que je lui ai chuchotés à l’oreille, alors que j’avais vingt ans. J’ai contribué à refaire un royaume et à mettre un nouveau roi sur un grand trône l’année même où je suis devenu majeur. Mon Dieu, j’ai vécu ma vie.

Ce fut là ce que j’appris de plus précis, d’après ses dires, sur son passé.