Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/119

Cette page a été validée par deux contributeurs.


teux, il nous avait emportés bien loin de notre simple cuisine, de notre maisonnette rustique pour nous jeter au milieu des cours, des camps, des champs de bataille, de toutes les merveilles du monde.

Horscroft avait d’abord été assez maussade avec lui, mais de Lapp, par son tact, par l’aisance de ses manières, l’avait bientôt séduit, avait entièrement conquis son cœur, si bien que voilà Jim assis, tenant dans sa main, la main de la cousine Edie, et tous deux perdus dans l’intérêt qu’ils prenaient à écouter tous les récits qu’il nous faisait.

Je ne vais pas vous conter tout cela, mais aujourd’hui encore, après un si long intervalle, je pourrais vous dire comment, d’une semaine, d’un mois à l’autre, par telle ou telle parole, telle ou telle action, il arriva à nous rendre tels qu’il voulait.

Un de ses premiers actes fut de donner à mon père le canot dans lequel il était venu, en ne se réservant que le droit de le reprendre s’il venait à en avoir besoin.

Les harengs vinrent fort près de la côte cette année-là, et avant sa mort mon oncle