Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.


coup vu la guerre. À propos, j’ai vu vos Écossais se battre, et ils font de rudes fantassins, mais je croyais d’après cela que tout le monde ici portait des… comment appelez-vous cela,… des jupons ?

— Ce sont des Kilts et cela ne se porte que dans les Highlands.

— Ah ! dans les montagnes. Mais voici là-bas, dehors, un homme. Peut-être est-ce celui qui se chargerait de porter mes lettres à la poste, à ce qu’a dit votre père.

— Oui, c’est le garçon du fermier Whitehead. Voulez-vous que je les lui donne ?

— Oui, il en prendrait plus de soin s’il les recevait de votre main.

Il les tira de sa poche et me les remit.

Je sortis aussitôt avec ces lettres et chemin faisant mes regards tombèrent sur l’adresse que portait l’une d’elles.

Il y avait en très grosse et très belle écriture.

« À sa Majesté

» Le Roi de Suède

» Stockholm »