Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/112

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oui, il serait bon que les maris écossais eussent quelque peu de ses manières prévenantes, dit-elle.

C’était la première fois de ma vie que je l’entendis riposter à mon père.

De Lapp ne tarda pas à descendre et me demanda si je voulais sortir avec lui.

Lorsque nous fûmes au soleil, il tira de sa poche une petite croix faite en pierres rouges, la chose la plus charmante que j’eusse encore vue.

— Ce sont des rubis, dit-il, et j’ai eu cela à Tudèle, en Espagne. Il y en avait deux mais j’ai donné l’autre à une jeune fille de Lithuanie. Je vous prie d’accepter celle-ci en souvenir de la grande bonté que vous avez eue hier pour moi. Vous en ferez faire une épingle de cravate.

Je ne pus faire autrement que de le remercier de ce présent, qui valait plus que tout ce que j’avais possédé en ma vie.

— Je pars pour aller compter les agneaux sur le pâturage d’en haut, lui dis-je. Peut-être vous plairait-il de venir avec moi et de voir un peu le pays.