Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/110

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vant les femmes, il gardait toujours au fond des yeux je ne sais quoi de fier comme pour donner à entendre que c’était pour elles seules qu’il se faisait aussi doux, mais qu’à l’occasion, il savait faire preuve d’assez de raideur.

Pour ma mère, c’était merveille de voir combien elle s’adoucit à son égard.

En une demi-heure, elle le mit au fait de toutes nos affaires, lui parla de son oncle à elle, qui était chirurgien à Carlisle, et le plus grand personnage de la famille, de son côté.

Elle lui raconta la mort de mon frère Rob, événement que je ne l’avais jamais entendu dire à âme qui vive, — et alors on eût cru que de Lapp allait verser des larmes à cette occasion, — lui qui venait justement de nous dire, qu’il avait vu trois mille hommes mourir de faim.

Quant à Edie, elle ne causait pas beaucoup, mais elle lançait incessamment de petits coups d’œil à notre hôte, et une fois ou deux, il la regarda très fixement.

Après le déjeuner, quand il fut rentré dans sa chambre, mon père tira de sa poche huit