Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/106

Cette page a été validée par deux contributeurs.


s’enveloppa de son grand manteau et s’endormit aussitôt.

Il avait un ronflement puissant et sonore, et comme ma chambre était contiguë à la sienne, j’eus lieu de me rappeler que nous avions un hôte sous notre toit.

Le lendemain matin, quand je descendis, je m’aperçus qu’il m’avait devancé, car il était assis en face de mon père à la table de l’embrasure de la fenêtre, dans la cuisine, leurs têtes se touchant presque, et il y avait entre eux un petit rouleau de pièces d’or.

À mon entrée, mon père leva sur moi des yeux où je vis un éclair d’avidité que je n’y avais jamais remarqué jusqu’alors.

Il empoigna l’argent d’un mouvement d’avare, et l’empocha aussitôt.

— Très bien, monsieur, la chambre est à vous, et vous paierez toujours d’avance le trois du mois.

— Ah ! voici mon premier ami, s’écria de Lapp en me tendant la main et m’adressant un sourire assez bienveillant, sans doute, mais où il y avait cette nuance d’air protecteur qu’on a quand on sourit à son chien.