Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/100

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tre que vous, mais vous avez le droit d’être renseigné, après m’avoir traité avec tant de courtoises. Je me nomme Bonaventure de Lapp. Je suis soldat et voyageur de profession, et je viens de Dunkerque, ainsi que vous pouvez le voir en grosses lettres sur le bateau.

— Je croyais que vous aviez fait naufrage, dis-je.

Mais il me lança ce regard direct qui décèle l’honnête homme.

— C’est vrai, mais le navire était de Dunkerque, et ce bateau est une de ses chaloupes. L’équipage est parti sur le grand canot, et le navire a coulé si rapidement que je n’ai eu le temps de rien embarquer. C’était lundi.

— Et nous voici au jeudi ! Vous êtes resté trois jours sans aliments ni boissons ?

— C’est trop long, dit-il. Déjà je me suis trouvé en pareille situation, mais jamais si longtemps que cela. Eh bien, je vais laisser mon bateau ici et aller voir si je peux trouver un logement dans quelqu’une de ces maisonnettes grises, sur la pente de la côte. Qu’est-ce que ce grand feu qui flambe par là-bas ?