Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 62 —

de la Grand’Pinière, apporta dans ses ondes évocatrices une senteur de bois résineux et plein d’arome. Une voix chanta au loin le refrain familier :

Beau marinier, beau marinier,
Quelles nouvelles de France !

De nouveaux les herbes hautes se retournèrent comme une chevelure épaisse et, coïncidence capricieuse et gentille, à l’endroit ou la libation de bon vin avait été répandue, apparurent trois fleurs remarquables par leur fraîcheur et leur beauté ; chaque fleur avait trois pétales aux trois couleurs, bleu, blanc, rouge. Il n’y a en moi aucune superstission, mais si j’avais une signification gratuite à donner aux trois fleurs du tombeau abandonné de Moïse Joessin, je dirais que ce vieux mort est content d’avoir un vaillant petit fils dans la légion étrangère combattant pour la France, cette grande patrie de tous les cœurs bien nés !