Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 34 —

y est accusé d’avoir brisé les conventions, au gréco-romain.

J’ai lu aussi qu’il s’était fait prendre entre deux chars urbains, à New-York.

Ayant voulu passer entre les deux chars dont l’un rejoignait l’autre, Moïse, glissant sur la voie, se fit plier de telle sorte que la tête et les talons se touchèrent par en arrière, il avait été plié comme une roulette. Rien n’était brisé en lui, puisqu’il repartait au pas de course sans daigner donner son nom : un compagnon de travail avait seul déclare son tour de cirque, comme la fois qu’il avait remis sur la voie un petit char urbain déraillé : on dit qu’alors il avait levé de ses deux bras puissants le poids remarquable de neuf cents livres.

J’ignore la date et l’année de la mort de Joessin. Cependant Thomas Arpin m’a affirmé que ce fut à White-Hall, vers 6 heures de l’après-midi, en été, à la venue de la première voiture automo-