Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 32 —

l’emportait avec l’intention de lui casser les reins sur le garde fou et la rampe d’un escalier ; Moïse semblait inerte, paralysé, mais dès qu’il eut placé le bout de son pied sur le poteau du dit escalier, la scène changea d’allure, un premier coup de poing fendit la sourcil gauche, un second abattit le sourcil droit ; le lutteur cria : au meutre (murder), au troisième coup en pleine poitrine, il s’affaissa, il était mort.

Joessin lui disait : Veux-tu me passer le beurre ? Veux-tu me passer le beurre ? Quand deux hommes de police vinrent lui mettre les menottes.

Il ne résistait pas à la police, et arrivait bientôt à la prison, lorsqu’il entendit ces mots : « John Corner est mort. » John Corner is dead.

Je ne voudrais pourtant pas manquer mon bateau, dit Joessin à la police. « We don’t understand you, » répliqua celle-ci.

Si vous ne me comprenez pas, moi je vous comprends, tas de gueux, je comprends que vous