Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/280

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seul souvenir peut encore servir un jour à son salut.

— Peut-être serons-nous méchants plus tard, et n’aurons-nous pas la force de nous vaincre devant une action mauvaise.

— Nous rirons des larmes humaines, et de ceux qui diront comme Kolia tout à l’heure : « Je veux souffrir pour tous les hommes ; » et pourtant, malgré cotte méchanceté, dont Dieu nous préserve, si nous nous souvenons comment nous avons enterré Ilioucha, comment nous l’avons aimé ces derniers jours, avec quelle amitié nous en avons parlé ensemble prés de cette pierre, alors le plus méchant et le plus railleur d’entre nous n’osera pas, dans le fond de son âme, se moquer de ceux, qui sont bons, comme lui-même l’est maintenant. Mais plus encore ; peut-être que ce souvenir l’empêchera de commettre une action