Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avons entendu parler de cette question de Troie. Ilioucha m’a raconté la chose.

— Il sait tout, papa, il sait tout mieux, que nous, dit Ilioucha à son tour. — Il ne se vante pas ; mais chez nous il est le plus fort dans toutes les sciences…

Ilioucha contemplait Kolia avec un bonheur infini.

— Cette question de Troie, c’est une bêtise, et c’est pour moi tout à fait insignifiant, fit Kolia avec une feinte modestie.

Il avait déjà pu reprendre son ton ordinaire, mais il était encore en proie à une certaine inquiétude.

Il se sentait très agité et pensait qu’il avait déjà mis trop d’expansion en racontant l’histoire de l’oie.

Alexey gardait le silence et ne départait pas de son air sérieux, ce qui fit qu’un doute pénétra dans le cœur du trop susceptible gamin.