Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/192

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui t’a fait croire qu’il l’avait avalé. Il a dû crier bien fort, car la peau de la langue est très tendre chez un chien, bien plus que chez l’homme.

Kolia poursuivit ainsi, tout animé et le visage rayonnant de joie.

Ilioucha ne pouvait dire une parole. Il regardait Kolia avec ses grands yeux sortis des orbites, la bouche béante, pâle comme un linge.

Si Krasotkine avait pu seulement penser quelles conséquences douloureuses et nuisibles un tel moment pouvait avoir sur le malade, il n’eût certes pas agi ainsi. Mais dans la chambre, il n’y avait peut être qu’Alexey qui pouvait le comprendre.

Le capitaine était devenu comme un enfant.

— Joutchka ? C’est bien Joutchka ! s’écriait-il d’une voix joyeuse. C’est