Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Cela suffira, cela suffira, continua Alexey. Katérina Ivanovna vous en enverra encore, tant que vous voudrez. Et puis, j’ai aussi de l’argent, moi. Vous me demanderez ce qu’il faut, comme à un frère, comme à un ami, et puis plus tard vous me le rendrez, car vous deviendrez riche, vous deviendrez riche. Et savez-vous bien que jamais vous n’auriez pu imaginer rien de mieux que ce déménagement dans une autre province. C’est votre salut, et surtout celui de votre fils. Et savez-vous encore qu’il faut le faire le plus tôt possible, avant que l’hiver et les froids ne viennent. Vous nous écrirez alors de là-bas et nous resterons frères… Non, ce n’est pas un rêve.

Alexey voulait même se jeter à son cou tant il était content.

Mais, jetant un regard sur le capitaine, il s’arrêta tout à coup : celui-ci, la tête