Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/118

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’une dame dans sa robe d’indienne. Son visage était jaune et maigre, ses joues étaient creusées profondément et trahissaient à première vue la maladie. Les regards de cette dame surprirent surtout Alexey. Ces regards étaient à la fois interrogateurs et hautains.

Pendant que le visiteur s’expliquait avec le maître de la maison, elle ne les quittait pas de ses grands yeux foncés, regardant alternativement l’un et l’autre.

Près de cette dame, dans l’angle de la fenêtre gauche, se trouvait une jeune fille au visage plutôt laid qu’agréable, aux cheveux roux et clairsemés, pauvrement vêtue et pourtant propre. Elle considérait Alexey avec méfiance.

Il y avait encore auprès du lit une autre créature, et bien pitoyable : une jeune fille d’une vingtaine d’années, sans pieds ; ses béquilles étaient posées près