Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Tenez, voilà encore qu’il vous envoie une pierre dans le dos. Il vous connaît bien, firent les enfants. C’est à vous qu’il en veut maintenant, et plus à nous.

— Allons, encore une fois, tous ensemble. Ne le rate pas, Smourov !

Et la fusillade recommença, plus dangereuse cette fois.

Le gamin près de la haie reçut une pierre en pleine poitrine. Il jeta un cri, puis se mit à pleurer et s’enfuit en remontant la rue.

— Ah ! ah ! il a eu peur cette fois ; il se sauve… Motchalka ! [1] s’écriait-on dans le groupe.

— Vous ne savez pas encore, Chestomazov, quelle canaille il fait. Le tuer ne serait pas assez, répéta le gamin au veston, l’œil enflammé. C’était celui qui paraissait le plus âgé du groupe.

— Et qu’est-ce qu’il fait ? demanda

  1. Mot russe qui signifie brosse à frictionner.