Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/370

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Korovkine, commença-t-il, écoutez...

— Attendez que je me présente, interrompit Korovkine. Je me présente, interrompit Korovkine. Je me présente : l’enfant de la nature... Mais que vois-je ? Des dames !... Et tu ne dis pas, canaille, que tu as des dames ? — ajouta-t-il en guignant mon oncle avec un sourire malin. — Ça ne fait rien, courage ! On va se présenter aussi au beau sexe... Charmantes dames ! — commença-t-il d’une langue péniblement pâteuse et en s’arrêtant à chaque mot, — vous voyez devant vous un malheureux qui... en un mot... et cætera... J’aurais peine à dire le reste... Musiciens ! une polka !

— N’auriez-vous pas envie de vous reposer un peu ? s’enquit l’aimable Mizintchikov en s’approchant placidement de Korovkine.

— Me reposer ? C’est pour m’insulter que vous dites ça ?

— Nullement, mais ça fait tant de bien après un voyage...

— Jamais ! répondit Korovkine avec indignation. Tu crois que je suis saoul ? Eh bien, pas du tout !... Du reste, où est-ce qu’on repose, ici ?

— Venez, je vais vous y conduire.

— Oui, tu vas me conduire à l’écurie ? À d’autres, mon cher ! Je viens d’y passer la nuit...