Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/260

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— En une seule chose : en me gardant le plus profond secret.

— Je me demandais quelle pouvait bien être cette dame mystérieuse. N’était-ce pas... ?

— Vraiment, je ne sais pas... lui répondis-je. J’espère que vous m’excuserez, mais je ne puis vous promettre...

— Non, je vous en prie, au nom du ciel ! suppliait Obnoskine. Comprenez ma situation : c’est un secret. Il pourrait vous arriver, à vous aussi, d’être fiancé ; alors, de mon côté...

— Chut ! Quelqu’un vient !

— Où donc ?

— C’est... c’est sûrement Foma Fomitch, chuchota Obnoskine, tremblant de tout son corps, je l’ai reconnu à sa démarche... Mon Dieu ! encore des pas de l’autre côté ! Entendez-vous ?... Adieu ; je vous remercie... et je vous supplie...

Obnoskine disparut, et un instant après mon oncle était devant moi.

— Est-ce toi ? me cria-t-il tout frémissant ? Tout est perdu, Serge ; tout est perdu !

— Qu’y a-t-il de perdu, mon oncle ?

— Viens ! me dit-il, haletant et, me saisissant la main avec force, il m’entraîna à sa suite. Pendant tout le parcours qui nous séparait du pavillon