Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/178

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— C’est vrai ; je me suis conduit comme un imbécile ; je dirai plus, comme un lâche ! Vous l’avez remarqué et m’en voilà bien puni. Grondez-moi ; moquez-vous de moi ; mais écoutez : peut-être changerez-vous d’avis par la suite, — continuai-je entraîné par un étrange sentiment, — vous ne me connaissez que si peu ! il se peut que, lorsque la connaissance sera plus vieille, alors... peut-être...

— Au nom de Dieu, laissons cela ! s’écria Nastenka avec une visible impatience.

— Bien, bien, laissons. Mais... où pourrai-je vous voir ?

— Comment, où me voir ?

— Il est impossible que le dernier mot soit dit, Nastassia Evgrafovna ! Je vous supplie, fixez-moi un rendez-vous pour aujourd’hui même. Mais il se fait tard. Alors, disons demain matin, si possible, le plus tôt que vous pourrez ; je me ferai réveiller de bonne heure. Vous savez, il y a un pavillon, là-bas, près de l’étang. J’en connais bien le chemin ; j’y suis souvent allé, étant petit.

— Un rendez-vous ? Mais pour quoi faire ? Ne pouvons-nous causer maintenant ?

— Mais, je ne suis encore au courant de rien, Nastassia Evgrafovna. Avant tout, il faut que je parle à mon oncle. Il doit me raconter tout et,