Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/176

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Oh ! mon Dieu, ne vous excusez pas. Croyez qu’il m’est pénible d’entendre tout cela ; et pourtant, je désirais vous parler, dans l’espoir que vous m’instruiriez... Ah ! que c’est fâcheux ! Il vous a écrit ! C’est ce que je craignais le plus. Quel homme, mon Dieu ! Et vous l’avez cru ? Et vous êtes venu bride abattue ? Pourquoi faire ?

Elle ne cachait pas sa contrariété et il faut avouer que sa situation n’était pas enviable.

— J’avoue... je ne m’attendais pas..., fis-je dans une grande confusion, à la tournure que prend... je pensais, au contraire...

— Ah ! vous pensiez cela ? dit-elle, non sans une légère ironie. Vous savez, vous allez me montrer la lettre qu’il vous a écrite.

— Volontiers.

— Mais ne m’en veuillez pas ; ne vous froissez pas ; nous sommes déjà assez malheureux ! supplia-t-elle, sans cependant que le sourire ironique quittât sa jolie bouche.

— Oh ! ne me prenez pas pour un imbécile, m’écriai-je avec fougue. Mais peut-être êtes-vous prévenue contre moi. M’aurait-on calomnié près de vous ? Ou vous êtes-vous fait une opinion par la gaffe que vous m’avez vu commettre ? Vous vous tromperiez. Je comprends que ma situation puisse