Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/131

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Le Kamarinski !

— Et Foma Fomitch t’a surpris ?

— Il m’a surpris.

— Ils me tuent ! exclama mon oncle. Je suis perdu ! Et il se prit la tête à deux mains.

— Foma Fomitch ! annonça Vidopliassov en pénétrant dans la salle.

Et Foma Fomitch se présenta en personne devant la société bouleversée.