Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


venu là ? C’est une question assez délicate à résoudre pour un profane quand il s’agit de pareils mystères. Toujours est-il que la générale professait pour lui une sorte d’affection pieuse et de cause inconnue. Graduellement, il avait acquis une extraordinaire influence sur la partie féminine de la maison du général, influence analogue à celle exercée sur quelques dames par certains sages et prédicateurs de maisons d’aliénés.

Il donnait des lectures salutaires à l’âme, parlait avec une éloquence larmoyante des diverses vertus chrétiennes, racontait sa vie et ses exploits. Il allait à la messe et même à matines, prophétisait dans une certaine mesure, mais il était surtout passé maître en l’art d’expliquer les rêves et dans celui de médire du prochain. Le général, qui devinait ce qui se passait chez sa femme, s’en autorisait pour tyranniser encore mieux son souffre-douleur, mais cela ne servait qu’à rehausser son prestige de héros aux yeux de la générale et de toute sa domesticité.

Tout changea du jour où le général passa de vie à trépas, non sans quelque originalité. Ce libre penseur, cet athée avait été pris d’une peur terrible, priant, se repentant, s’accrochant aux icônes, appelant les prêtres. Et l’on disait des