Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/124

Cette page a été validée par deux contributeurs.


quand il apprendra la venue de Korovkine ? Voyons réfléchis ; dis-moi de quoi je suis coupable. Puis-je me résoudre à lui donner de l’Excellence ? Est-il possible de vivre pareillement ? Pourquoi, aujourd’hui même, a-t-il chassé de table ce pauvre Bakhtchéiev ? Admettons que Bakhtchéiev n’a pas inventé l’astronomie... nous non plus ! Pourquoi ? voyons ; pourquoi tout cela ?

— Parce que tu es un envieux, Yégorouchka ! dit encore la générale.

— Ma mère, s’écria mon oncle au paroxysme du désespoir, vous me ferez perdre la raison... On ne dirait pas que c’est ma mère qui parle ! Je suis donc une solive, une lanterne et non plus votre fils !

— Mais, fis-je, extrêmement surpris par ce récit, Bakhtchéiev m’a dit, à tort ou à raison, que Foma Fomitch était mis en jalousie par la fête d’Ilucha et qu’il prétendait être fêté le même jour. J’avoue que ce trait m’a étonné à un point...

— C’est son anniversaire, mon cher, et non sa fête ! interrompit précipitamment mon oncle, Bakhtchéiev s’est mal exprimé, tout simplement. C’est demain l’anniversaire d’Ilucha. La vérité avant tout, mon cher...

— Ce n’est pas du tout son anniversaire ! s’écria Sachenka.