Page:Doin - Le divorce du tailleur, 1873.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.
5

ne nous en parlez plus, ou, foi de femmes, nous allons vous faire danser une girandole dont vous vous rappellerez !… Oui, mes chères petites Dames, montrons leur que nous portons la culotte, et, foi d’Ursule Lefèvre, je me mets à votre tête et vous verrez… Mais j’entends marcher… Ah ! c’est le p’tit Rémi, l’ouvrier d’mon mauvais sujet de neveu.


Scène 2e.

Mad. Lefèvre, Rémi

Rémi.

Bonjour, mame Lefèvre… ça va bien… merci, moi aussi… vous êtes ben honnête.


Mad. Lefèvre

Ah ! bonjour, mon p’tit Rémi, toujours le premier à la boutique… c’est bien… ça… mon garçon.


Rémi

Ah ! Dame ! mame Lefèvre, j’suis content quand j’verloppe quand j’vois voler les écopeaux, ça m’donne du cœur, parc’que je m’dis : j’gagne des écus… et ces écus là… voyez vous ?… ça servira pus tard.


Mad. Lefèvre

Oh ! tu es un garçon rangé, toi, mon p’tit Rémi, tu travailles toujours avec courage, on ne te voit pas fréquenter ni les cabarets ni les mauvais sujets ?


Rémi

Oh ! pour ça mam’ Lefèvre, c’est pas pour dire ; mais voyez vous, moi, j’aime mieux mon travail que de manger ma paie avec les amis comme on dit ; … et puis, c’est pas ça, mam’ Lefèvre, quand on néglige son travail pour vider la bouteille, on s’fait mépriser, on perd les pratiques, témoin, sans vous offusquer, mon bourgeois, vot’neveu Guillaume ?