Page:Doin - Le divorce du tailleur, 1873.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.
22


Rémi (regardant)

Eh ! t’nez, Mam’Lefèvre r’gardez, je m’trompe pas, c’est lui qu’j’entends

(on entend dans la coulisse, chanter le père Lefèvre)

Vive le vin ! Vive ce jus divin…


Mad. Lefèvre (regardant)

Oui, oui, c’est lui !… Dieu ! dans quel état il est, il ne tient plus sur les jambes !… attends ! attends ! va ! à nous deux ! nous allons voir !


Rémi (à part)

Diable ! le baromètre annonce de l’orage, je m’sauve.

(il sort en courant)

Scène 10e

Lefèvre, Mad. Lefèvre.



Lefèvre (ivre)

(chante) Vive le vin ! Vive ce jus divin ?
(chante) Qu’il égaie ma vie…


Tiens ! voilà ma respectable épouse ! eh ! eh ! eh ! eh !


Mad. Lefèvre

Reculez-vous, vous sentez le vin à pleine bouche.


Lefèvre

Je sens le vin ! eh ! eh ! eh ! C’est que j’y ai goûté, une fois n’est pas coutume ! eh ! eh ! eh ! eh !