Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/60

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ner l’introduction dans les territoires. Le Congrès ne peut pas plus légaliser l’esclavage dans un territoire que l’abolir dans un des états de l’Union. On prendra des mesures efficaces pour abolir la traite. »

Dans les déclarations publiées par les Législatures des états sécessionnistes que voit-on ? Des plaintes relatives au danger de l’esclavage par suite de l’hostilité des abolitionnismes et rien autre chose ! Pas la plus indirecte plainte à propos du tarif ! !

Enfin de quoi a-t-il été question dans les débats du Congrès, quand la sécession a commencé de se réaliser ? De l’esclavage, et de rien autre chose ! Toutes les offres de conciliation de la part de divers membres du Nord portent uniquement sur la grande question. Aucune question incidente n’occupe l’attention un seul instant.

Dans la conférence de paix qui a siégé à Washington en janvier 1861, de quoi s’occupe-t-on ? Uniquement de concilier le Sud sur la question de l’esclavage ! Toutes les résolutions, soit celles seulement débattues, soit celles acceptées et passées, ont trait à l’esclavage et à rien autre chose. Si tout cela ne suffit pas pour mettre à néant l’impudente assertion que l’esclavage n’avait rien à faire dans la sécession, qu’est-ce donc qu’il faut ?

Non, Messieurs, en dépit de toutes les malhonnêtes dénégations des émissaires du Sud, l’esclavage, depuis 1820 surtout, a été