Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/469

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 471 —

« Que l’esclavage soit devenu une écrasante malédiction sur cet état, (la Virginie) voilà ce qui me paraissait être une indéniable vérité et il me semblait que la seule question à débattre était la possibilité de faire disparaître le mal. J’ai été très étonné d’entendre ici des panégyristes de l’esclavage et de ses effets. Cela, Monsieur le Président, ne prouve qu’une chose ; savoir : jusqu’où l’on peut être entraîné par l’intérêt pécuniaire. Je ne crois pas qu’un cancer au corps puisse être plus sûrement dangereux et fatal que n’est le cancer de l’esclavage sur cet état de la Virginie. Il en est rendu à détruire les organes les plus essentiels à sa vie… Faites des lois aussi sévères que vous le voudrez afin de tenir ces pauvres infortunés dans l’ignorance, tout cela sera vain et inutile tant que vous n’aurez pas complètement éteint l’étincelle d’intelligence que Dieu a mise en eux. Que celui qui se fait l’avocat de l’esclavage étudie le système de lois que nous avons adopté, — par une impérieuse nécessité, je le veux — vis-à-vis de cette classe, et il ne pourra retenir ses larmes ! Et plût à Dieu, Monsieur, que le souvenir en put être effacé à jamais ! ! »