Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/467

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 469 —

son, que « l’imbécillité règne toujours sur une terre remplie d’esclaves. » Alors l’esclavage n’avait pas encore fait abandonner les grandes et belles traditions de l’époque de l’indépendance ; il n’avait pas encore corrompu l’opinion, tari les sources vives de la conscience publique. Alors tous les gens éclairés le regardaient honnêtement comme un grand malheur et non comme une bénédiction céleste. Alors on avouait hautement qu’il était la seule cause de l’état arriéré du Sud, de son manque d’industrie, de la tendance à la barbarie dans les mœurs que l’on y observait partout. Depuis ce temps, l’infériorité des états serviles, comparativement aux états libres, n’a fait qu’augmenter plus rapidement d’année en année ; pourquoi donc de nos jours le défendait-on avec tant d’obstination et de rage ? Comment se fait-il que ce fût à l’époque où le contraste entre les deux sections était moins frappant qu’il l’est devenu dans ces dernières années que l’on était plus fortement hostile à l’institution qui seule était la cause de ce contraste ? Je n’ai pu découvrir aucune explication de ce fait donnée par les défenseurs de l’esclava-