Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/466

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 468 —

tion de l’esclavage. Il en est ainsi des états du Missouri et de l’Illinois. »

Dans la même convention, James McDowell, de la Virginie, disait de son côté :

« La Virginie dépérit sous la lèpre qui la perce au cœur. Quoiqu’illustres, pour l’intelligence et le patriotisme, que soient les noms qui enrichissent notre histoire ; de quelque respect que nous les entourions à cette époque de réputations en décadence, tel nom, tel homme eût été au-dessus de tout parallèle qui eût effacé cette malédiction de la face de son pays ! Il a été franchement et nettement admis dès le commencement de ce débat, par les plus déterminés ennemis eux-mêmes de l’abolition aussi bien que par d’autres, que cette propriété était un mal. »

Vous voyez, Messieurs, que l’on était bien loin, il y a seulement trente ans, de prôner l’esclavage comme une institution divine.

Alors, même dans le Sud, on croyait encore, avec Franklin. « que l’esclavage était un atroce avilissement de la nature humaine ; » avec John Adams, « que l’on devait avoir l’esclavage en horreur ; » avec Madi-