Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/397

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 399 —

vos grandes villes ; vos Londres, vos Paris, vos New-York ! N’y voyez-vous pas le vice sous toutes ses formes : le jeu, l’ivrognerie, le vol, l’assassinat ? Et voyez donc vos villes manufacturières d’Angleterre et de France ? Que de misères et de détresse parmi ces familles affamées et ses enfants étiolés par le manque d’air et d’exercice ; déformés souvent par la répétition constante et machinale des même mouvements ? »

D’abord, Messieurs, les misères et l’immoralité des populations dégradées des grandes villes rendent-elles meilleur en quoi que ce soit le sort du noir ? Deux maux peuvent-ils jamais faire un bien ? De ce qu’il y a des blancs pauvres et malheureux, en peut-on honnêtement déduire la légitimité de l’esclavage ? Mais le fait même que pour trouver un pendant à l’esclavage, il faut aller fouiller dans ce que nos grandes villes offrent de plus misérable et de plus dégradé, ne prouve-t-il pas que tel est l’état des esclaves ? On ne saurait le comparer à ce que nous avons de bon ; il faut forcément le comparer à ce que nous avons de pire ! !

Et puis, au moins, Messsieurs, dans nos sociétés libres, nous ne nions pas, nous