Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vociférations et des criailleries, car il y a toujours 99 chances sur 100 qu’il fausse audacieusement les faits et la vérité. Partout arrogant et despote quand il est fort, partout hargneux mais hypocrite quand il est faible ! !

Je pourrais m’étendre au long sur un autre fait qui vous fera comprendre aussi bien que les doux précédents, combien est palpable ce mensonge du Sud qu’il souffrait de l’oppression, mais je ne puis malheureusement discuter longuement tous les faits sur lesquels je pourrais m’appuyer, car je n’en finirais pas. Je vais donc passer rapidement sur celui-ci.

Plusieurs d’entre vous se rappellent sans doute avoir vu passer souvent dans nos rues un homme de haute et belle stature, un vénérable vieillard dont la tête, blanchie par l’âge et le travail, semblait témoigner de ses travaux et de ses luttes en faveur des droits de l’humanité. Cet homme était feu l’hon. Joshua Giddings, consul général des États-Unis, décédé en cette ville le printemps dernier. M. Giddings, depuis son entrée au congrès des États-Unis, en 1838, avait toujours été l’un des partisans les plus in-