Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/339

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 341 —

Et rappelez-vous qu’ici ce n’est pas la populace qui s’empare par force de sa victime ; ce sont les autorités qui se couvrent de cette honte inouïe, commettent ce crime infâme, de le lui livrer, sachant parfaitement ce qu’elle allait en faire.

Voyons, n’y avait-il pas plus de noblesse et de courage, plus d’élévation de caractère chez ce nègre qui s’était volontairement livré que chez ses dix mille assassins ! Il se venge et se livre pour subir son procès, et les autorités le laissent volontairement devenir la proie de dix mille tigres qui le font rôtir et hurlent de plaisir en lui arrachant le cœur ! !

Voilà, Messieurs, ce que l’esclavage peut faire d’un pays et d’un peuple ! !

Voilà comment un principe maudit produit infailliblement des actes qui semblent ne pouvoir être inspirés que par l’enfer ! !

Et voilà sans doute pourquoi le vertueux Patrick Henry s’écriait :

c’est un devoir d’honneur et de conscience pour nous de transmettre à nos enfants l’horreur que nous ressentons de l’esclavage ! !