Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/336

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 338 —

« Au lieu d’essayer de s’échapper, il courut de suite au palais de justice, où la Cour siégeait alors, raconta ce qu’il venait de faire et se déclara prêt à subir la punition de la loi.

« Mais les planteurs du pays décidèrent qu’il en serait autrement et qu’il serait brûlé vif à quelques jours de là.

« Ils prélevèrent par souscription la somme nécessaire pour indemniser sa maîtresse. Plusieurs personnes m’ont admis avoir contribué à ce fonds commun. On leur livra l’esclave, et pendant cinq jours on lui appliqua cinquante coups de fouet par jour sur les reins.

« Le jour arriva enfin et la foule se réunit. La population, dans ce comté et les comtés voisins, était très éparse, et ne se montait pas à plus de 5000 âmes sur un espace de trente milles en superficie, et néanmoins on estimait le nombre de personnes qui étaient présentes quand le nègre fut brûlé à dix ou quinze mille.

« Tous les esclaves du pays avaient été forcés d’y assister. L’esclave que l’on devait exécuter avait une jeune femme et deux pe-